Confidences d’une mère à sa fille

Tu n’as que 2 ans, mais j’ai l’impression de pouvoir tout te dire…

On sort de deux jours d’hospitalisation, cela aura encore été difficile pour toi comme pour moi…

Avoir un enfant malade, c’est tellement dur, mais avec un handicap je pense que ça l’est encore plus…

Te voir souffrir, paniquer, crier était insoutenable pour moi. Ton regard si noir rempli de peur, ce regard que je n’aime pas !!

J’avais beau être prés de toi et te murmurer à l’oreille “Maman est là ma chérie”, “je suis près de toi”, je ressentais la panique et ton cœur battre à cent à l’heure.

Obligée d’expliquer plusieurs fois ton handicap devient une habitude, mais parfois c’est fatiguant, vraiment . Egalement répondre à une tonne de questions “pourquoi votre fille est aveugle ?”, “il s’est passé quelque chose pendant votre grossesse ?”.

Difficile pour les médecins également qui ne savent pas toujours forcement bien si prendre.

Je me mets à ta place, je ferme les yeux, j’imagine ta peur face à ces vilaines choses que l’on a dû être obligé de te faire à l’hôpital. Sache que cela était pour ton bien.

Je ne t’ai pas quitté une seule seconde, je sais que tu le sais, mais j’ai l’impression que par moment tu m’en veux !

Tu me pousses, tu me rejettes, comme si j’avais fait quelque chose de mal, chaque décision que je prends pour toi est réfléchie avec mon cœur.

La nuit je te regardais, je ne te quittais pas des yeux, je ne voulais pas dormir pour être là si tu te réveillais.

Quand je t’ai dit “Carmela on y va, on sort !”, quel sourire tu avais…

Nous sommes sortis de l’hôpital à midi, on a respiré un grand coup toutes les deux, l’air frais, ça nous a fait tellement de bien. On a ressenti en même temps la même chose on avait le même sourire.

Encore un gros bobo dans mon cœur de te voir comme ça, toi comme ton frère, je n’aime pas vous savoir au plus mal. Pour une maman sont petit cœur est en miettes…

D’ici quelques jours tout ne sera qu’un méchant souvenir pour toi… et pour moi, je vais essayer d’oublier au fond de ma tête ce séjour si douloureux qui m’a vraiment attristé…

Simplement te dire ma chérie que Maman t’aime fort et pour chaque épreuve je serai prés de toi…